Préparer son matériel de ski avant l’hiver

Préparer son matériel de ski avant l’hiver

Aleeeeerte !!!!!! La température tombe et les premières chutes de neige sont passées ! Le compte à rebours est lancé…

Vous savez ce que ça veut dire ? Ça veut dire que l’équipe de Navette Ski Montréal ne dormira plus jusqu’à ce que les premiers bus soient sur la route ! Enfin pour vous, ça veut surtout dire qu’il est temps de passer en revue son matériel de ski et de profiter de ce mois de transition pour le préparer et s’assurer que tout soit prêt pour le premier aller-retour vers les pistes.

Ski de fond

En ski de fond, il faut d’abord enlever le vieux fart (s’il y en a encore) sur les skis. Pour cela, le plus simple est d’utiliser un grattoir de plastique et un liquide « défartant ». Particularité du ski de fond, il faut appliquer deux types de fart différents, un fart dit de glisse et un fart dit de poussée. Le premier fart s’applique sur les deux extrémités du ski en le chauffant à l’aide d’un fer chaud. Le surplus de fart de glisse doit ensuite être enlevé avec un grattoir de plastique et la semelle du ski, nettoyée à l’aide d’une brosse de nylon. On remet ensuite un peu de fart de poussée sur la partie centrale.

Si vous avez le goût d’apprendre à préparer vos skis, des cours de fartage peuvent être pris dans certaines boutiques ou auprès des clubs de ski de fond. Autrement, des boutiques spécialisées offrent ce service pour quelques dizaines de dollars. Certains marchands ont aussi des équipements sophistiqués qui permettent aux skis de s’imprégner de fart de glisse, ce devrait être un peu plus cher, mais ça vaut le coup !

Ski alpin et planche à neige

Préparer des skis alpins et des planches à neige ressemble un peu au processus utilisé avec les skis de fond en un peu plus complexe. Des tutoriels sont disponibles sur Youtube et sur divers blogues de mordus de glisse. On vous invite à les visionner car certains d’entre vous se sentiront à l’aise de le faire.

https://www.youtube.com/watch?v=Lcx2A66eflY

https://www.youtube.com/watch?v=78Cu3y45qhc

Si vous n’êtes pas habitués où ne voulez pas prendre de risque, il vaut mieux confier son précieux matériel à un professionnel. Les magasins de skis offrent tous les services de préparation des semelles et d’affûtage des carres. Les carres sont très importantes pour assurer un bon contrôle dans les virages et dans une région comme la nôtre, où les pistes sont souvent dures et glacées, des carres bien affûtées son essentielles. En ski alpin, on vérifie aussi l’état des fixations, un élément de sécurité essentiel.

Un petit conseil, il vaut mieux aller déposer votre matériel de ski maintenant pour le préparer plutôt qu’en saison afin d’éviter un gros rush!

En bonus… on n’oublie pas la mise au point du vélo !

Si comme nous vous avez bien usé votre vélo pendant l’été et que vous êtes prévoyant, c’est la bonne période pour effectuer une mise au point son vélo. Les magasins spécialisés offrent différents types de mise au point et forfait, mais vous êtes largement capable de faire l’entretien vous-même ! Nettoyage des roulements à billes, nettoyage des chaines et re-graissage (attention à ce qu’il ne reste pas de rebus avant le graissage), décaper les joints un peu rouillés sur le dérailleur et mettre une couche de graisse ou lubrifiant…

Bon, la check liste est prête, vous savez maintenant comment occuper votre mois de novembre ! Préparer vos skis et planche à neige et vérifier votre matériel pour être fin prêt pour le départ des bus de Navette Ski Montréal en décembre 😉

 

 

Un autre article plein de bon sens pour passer le temps en se cultivant : découvrez l’histoire du ski au Québec (première partie)

Une compétition « Big Air Montreal »… vous avez dit Montréal????

Une compétition « Big Air Montreal »… vous avez dit Montréal????

Parlons évènement Ski à Montréal.  On en connait déjà quelques un au parc du Mont-Royal, on connaît également l’éclatante compétition de Snowboard Freestyle (Snowboard urbain) sur la rue Saint-Denis.

Mais si on voyait plus grand…. Beaucoup plus grand… Un indice ? La photo de cet article vous met sur la voie.

En 2017, Montréal fêtera ses 375 ans. A cette occasion il faut s’attendre à une multitude d’évènements tous plus fous, plus grandioses et plus enthousiasmants les uns que les autres. Toute la joie de vivre reconnue de notre ville décuplée en l’espace d’une année.

Parmi les idées les plus spectaculaires, un projet incroyable vient d’être validé. L’évènement « Skiing, Big air Montreal» verra le top 25 mondial des médaillés de la discipline s’élancer d’une rampe posée le long du mât du stade Olympique ! Oui, vous avez bien lu, la plus haute tour inclinée au monde sera le tremplin d’une compétition internationale !

La structure de la rampe épousera la courbe du mât. De plus, d’après les informations relayées dans la presse ces derniers mois et les communiqués des 3 hommes d’affaires qui portent le concept, le format de la compétition sera celui d’une présélection libre  sur une durée limitée, les athlètes sautent autant de fois qu’ils le veulent en l’espace de 2h00. Les 16 skieurs ayant obtenu les meilleures notes des juges passent ensuite en finale et offriront le meilleur d’eux-mêmes pour notre plus grand plaisir !

Bénéficiant de l’accord du Maire de Montréal, M. Coderre, et des financements de différentes entités politiques québécoises, ce projet nécessitera néanmoins quelques essais et une mise en place conséquente. Ce qui, en soi, est une excellente nouvelle !

Un financement de près de 250,000$ est engagé pour que, dès 2016, une rampe teste soit installée. Même si aucune date n’est avancée, on peut espérer avoir droit à un avant-goût, un mini « Skiing Montreal », sous peu.

Nous calmons tout de suite l’excitation et l’envie suicidaire (courageuse, mais suicidaire) qui doit parcourir l’esprit de certain d’entre vous, l’ouverture de cette belle pente aux amateurs de sensations n’est pas (encore…) prévue.

Praticité, Ecologie et Economie…

Praticité, Ecologie et Economie…

Voiture ou Transport en commun? Tel est l’éternel débat et souvent la source d’une longue pesée du pour et du contre de chacune des options, réflexions mêlant praticité, impact sur l’écologie et économie à réaliser…

Cette question est d’autant plus pertinente que, dans notre cas, il ne s’agit pas juste de se balader avec un sac à dos pour se rendre à l’université ou au travail. Il faut tenir compte du fait qu’on se rend sur les pistes de skis accompagné et équipé. Parmi les options de transport offertes, nous allons tenter de comparer les  deux moyens de transports et voir lequel est le plus intéressant.

Bon, la réponse n’est pas 100% objective, et nous vous épargnons le faux suspens: selon nous, le bus gagne haut la main 🙂 Mais voyez nos arguments et faites le bon choix!

Avoir sa voiture est, certes, extrêmement pratique. Il est facile de sortir de chez soi à l’heure que l’on veut, d’aller tranquillement skier, puis de revenir à la maison. Il existe cependant des petits inconforts qui vous feront réfléchir.

Le stationnement à Montréal est de plus en plus rude, et l’hiver force souvent des mouvements d’automobiles qui se retrouvent à faire des rondes et des rondes pour trouver une place non payante, qui ne se fera pas déneigée et qui respecte la zone inscrite sur sa vignette. Alors une fois qu’on a trouvé cette place, il faut bien réfléchir avant d’en sortir!

Puis il faut trouver sa place une fois à la station de ski. Arriver après l’ouverture signifie souvent devoir se stationner loin des billetteries et des remontés mécaniques.

En terme de coût, un aller-retour vers une station de ski située entre 70 et 80 km de Montréal devrait vous coûter environ $20.00 en essence, ajouter à cela les frais d’usure de votre automobile et le risque que quelque chose de fâcheux vous arrive en route à cause des conditions météos assez aléatoire. Globalement c’est peu cher d’autant qu’on peut se partager la course entre les différents passagers. Mais le stress de la conduite en hivers après une journée bien remplie est parfois pesant.

En terme d’impact écologique, une voiture rejette entre 140 et 180 g de CO2 par km parcourus… Soit une contribution à la présence de gaz à effet de serre dans notre atmosphère de l’ordre de 24 kg en un seul A/R !!!

La location de voiture quant à elle cumule d’autres inconvénients majeurs, comme la contrainte d’aller la chercher et de devoir la rendre chez votre loueur, le coût très variable, la sélection et la disponibilité de véhicule toute aussi variable…

Maintenant que nous avons suffisamment d’arguments jouant en la défaveur de l’automobile, voyons les arguments en faveur des transports en commun!

Le bus a quelques inconvénients que nous même admettons. Un passager est dépendant d’une horaire fixe à l’aller et au retour. De plus il faut se rendre jusqu’au point d’embarquement qui n’est pas toujours proche de chez soi. Mais les avantages sont bien présents pour contrebalancer ces inconforts.

D’une part c’est simple, vous embarquez, et c’est parti. Quelqu’un conduit à votre place pendant que vous discutez, écoutez de la musique, finissez votre nuit ou encore lisez un bon livre. Qu’importe votre état de fatigue ou votre motivation à prendre le volant, cette fois, on s’occupe de vous.

Puis il faut admettre que les capacités de transports ne vous restreignent ni dans la quantité de personnes, ni dans les équipements à amener. Ce qui est un bon point puisqu’il est parfois difficile d’embarquer 4 passagers et 4 paires de skis dans une automobile, même dans une pleine grandeur!

On vous l’a souvent dit, et c’est même écrit sur les bus de la STM, un autobus représente 40 voitures en moins sur la route cela limite le gonflement du trafic routier. La quantité de CO2 moyenne rejetée par passager par un bus est d’environ 94 g/km. On est diminue donc pratiquement de 33% les émissions de gaz à effet de serre.

Au niveau économique, c’est tout de même moins intéressant que le coût de l’essence de sa voiture, mais beaucoup plus intéressant que la location de voiture. D’une part il faut dire que c’est le prix de la tranquillité d’esprit et du service offert, d’autre part, c’est une source d’économie pour les non-motorisés de Montréal.

Alors, après avoir entendu ces arguments, avez vous pesé le pour et le contre des deux options? Suivrez vous la position prônée par Navette Ski Montréal? A vous de voir 😉

Top 5 des meilleures stations autour de Montréal

Top 5 des meilleures stations autour de Montréal

Avant de se lancer dans l’aventure Navette Ski Montréal, il a bien fallu nous faire notre idée des stations de ski proches de la ville et de leur popularité. Après quelques hivers à dévaler les pentes d’une quinzaine de stations situées à moins de deux heures de route, nous avons établi notre top 5 des meilleures stations autour de Montréal, à fréquenter sans modération!

Et devinez quoi? 2 des 5 stations seront desservies par nos services prochainement…

1- Mont Orford

Orford est situé à 1h15 environ de Montréal et à seulement 25 minutes de Sherbrooke. Ses trois monts offrent 61 pistes et un panel de difficulté bien équilibré puisque le tiers des pistes est facile et pratiquement 30% du domaine est désigné comme étant technique. On trouve du plaisir à la fois sur des pistes rapides qui régaleront les amateurs de vitesses, et des passages “extrêmes” pour les skieurs chevronnés en quête de défis.

2- Ski Bromont

A seulement une heure de Montréal, Ski Bromont est un domaine vraiment fun pour passer la journée quel que soit votre niveau de pratique. Il n’y a pas une piste que nous n’ayons faite de jour comme de nuit sans nous lasser. Mention spéciale à l’agencement de la station, qui offre toujours plusieurs pistes de différents niveaux pour rejoindre les remontées mécaniques. Ainsi les confirmés et débutants peuvent emprunter des chemins différents et s’attendre en bout de piste.

3 – Sutton

Station très boisées, pas nécessairement aussi fréquentée que des plus grandes stations, Sutton est un domaine dépaysant et un must dans notre classement. Le mont bénéficie d’un microclimat très favorable aux chutes de neige et il n’est pas rare chaque hiver de pouvoir profiter de sessions de poudreuses généreuses dans un décor reposant. Amateurs de planche à neige, c’est un sacré terrain de jeu!

4- Mont Saint-Sauveur

Le Mont Saint-Sauveur et la station connectée du Mont-Avila ne pourront que vous surprendre. Les pistes sont courtes (1,5km maximum) mais que cela ne vous rebute pas! L’abondance de remontées mécaniques et la bonne largeur des pistes permettent de multiplier les décentes à un rythme soutenu sans être gêné par une masse de skieurs. Si l’impressionnant Snow Park RockStar ne vous tente pas, un petit spot de freestyle (silver park) est accessible avec votre pass de jours pour vous faire la main!

5- Mont Blanc

Environ 1h au nord de Montréal (15 minutes après le Mont Saint Sauveur), la station Mont-Blanc propose le second plus haut pic des Laurentides. Pour nous c’est surtout une station dans laquelle on ne se prend pas la tête, les forfaits sont à bon prix et les pistes de qualité. On n’en demande pas plus!

 

Notre top 5 des meilleures stations autour de Montréal est maintenant achevé. N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez, et de nous envoyer votre propre classement !