7 raisons de privilégier le bus à la voiture à Montréal

7 raisons de privilégier le bus à la voiture à Montréal

Dans la vie de tous les jours, les propriétaires de voiture dans les grandes villes comme Montréal se demandent souvent s’ils sont mieux de se rendre au travail, aller magasiner, ou encore aller au ski, avec leur véhicule plutôt qu’en bus ou en metro. Voici 7 raisons qui donnent l’avantage aux transports collectifs, que ce soit pour les courts ou longs trajets, si votre point de destination est proche d’une desserte.

1- Le côté pratique

Difficile de trouver une place dans le centre ville de Montréal… quand il ne fait pas beau et que vous devez vous stationner à quelques centaines de mètres de votre objectif, ce n’est vraiment pas le fun! Le métro et son réseau de galerie où encore les bus de la ville vous permettent de limiter vos temps d’attente pour un stationnement de même que la distance de marche parfois inutilement allongée. Prendre le bus pour vous rendre au ski peut vous épargner 30 minutes passées sur le stationnement de la station!

2- Etre plus vert

Bon vous connaissez ce point là par cœur, le bus rejette moins de C02 par passagers que la plupart des véhicules non électriques. Il limite aussi le trafic autoroutier, les nuisances sonores et l’expansion d’une industrie de l’automobile polluante bien qu’indispensable. Imaginez 5000 bus pleins chaque jours partant de Montréal permettraient d’éliminer les congestions sur les grandes autoroutes qui vous mènent au ski! (Nous on en propose 4 déjà…. il y a du chemin!)

3. Optimisez votre temps

Utiliser le bus plutôt que de conduire vous même libère votre temps pour lire un livre ou les nouvelles du jour, gagner du temps sur votre travail ou encore passer un niveau à votre jeu sur mobile. C’est d’autant plus vrai que nous avons aujourd’hui des applications sur nos téléphones intelligents qui fournissent des informations en temps réel telles que les horaires, le temps de trajet ou encore le calcul de vos itinéraires. Sur un trajet extra urbain, souvent plus long, comme les liaisons vers les stations de ski depuis Montréal, la question est simple: pourquoi se priver de  8 à 12% (2 à 3h) de sa journée de loisirs en restant au volant?

4- Garder la forme

On est bombardé chaque jour de messages, souvent publicitaires pour maigrir, perdre du poids, faire attention à soit… La solution est pourtant simple et gratuite, faire de l’exercice régulièrement, et quoi de plus régulier à Montréal que de prendre les transports tous les jours? Marcher jusqu’à l’arrêt de bus où dans la station de métro, faire le trajet debout ou transporter votre stock (même 5 kilos), sont autant de petits exercices que vous ne faites pas en voiture, mais qui sont habituels des usagers des transports en commun. Bon pour le ski, on fait déjà du sport toute la journée, c’est peut être un supplément dont on se passerait, mais comme on dit souvent, mieux vaut trop que pas assez 🙂

5- Faire des économies

Globalement, c’est simple à évaluer. A 3$ le passage en transport en commun, vous êtes largement en dessous du prix de l’essence nécessaire au trajet, ajouté au prix du stationnement…Les personnes qui ont utilisé le transport urbain plutôt que leur voiture ont économisé, en moyenne, 875 $/mois soit 10 502 $ par année, selon une étude de 2013 du Transit Savings Report. Récemment nous vous faisions une petite comparaison du coût d’une journée de ski si vous vous rendez en station depuis Montréal, par bus, en voiture ou en location. Vous pourrez voir que même la possession de sa propre voiture n’est pas nécessairement la solution la moins chère en considérant les coûts réels!

6- Un côté social

Circuler en bus et en métro à Montréal est la meilleure façon de ressentir l’énergie de la ville.  Les grands-mères et les adolescents,  les travailleurs de la construction dans leurs chaussures à embouts d’acier et les hommes d’affaires en complet, sont autant de personnes de mondes divers et parfois opposés qui se côtoient. Et rappelez-vous la première fois que vous avez pris un bus de ville seul, vous vous êtes sans doute senti un peu perdu, inquiet de rater votre transfert, incertain de l’horaire… Et après quelques jours, vous savez exactement ce que vous faites. Maintenant, lorsque vous voyez quelqu’un qui semble perdu, vous pouvez même lui offrir votre aide!

7- Éveiller sa curiosité

Il n’est pas simple de connaître tous les recoins de Montréal. Tout change sans cesse, les enseignes ouvrent et ferment, des nouvelles bâtisses voient le jour… mais prenez souvent le bus et vous allez naturellement couvrir beaucoup de terrain. Gardez les yeux ouverts lorsque vous êtes à bord d’un bus. Vous découvrirez peut-être un beau quartier ou un restaurant au look sympa que vous n’auriez pas remarqué jusqu’à présent. Sur la route pour aller au ski, vous risquez bien d’apercevoir des biches, de sentir la géographie des environs, de commencer dès votre trajet à vous couper de votre quotidien!

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous allez apprécier Praticité, Ecologie et Economie

L’Histoire du Ski au Québec (1)

L’Histoire du Ski au Québec (1)

Si vous aussi le ski vous passionne, il est temps d’en connaître son histoire et son développement au Québec! Voici la première partie d’un résumé des évènements clés de l’apparition du ski en tant que loisir et l’évolution qu’il a connu dans notre province, du 19ème  au 21ème siècle.

Les origines du ski remontent à la fin de la préhistoire. Les hommes de l’époque utilisaient les skis dans les pays nordiques comme moyen de transport et se servaient parfois d’eux pour la chasse et la guerre.

Bien plus tard, l’histoire nous amène au 19ème siècle. Certains travailleurs scandinaves (principalement agriculteurs et éleveurs) faisaient la course en ski lorsqu’ils revenaient du travail. Le ski dévoile alors son potentiel récréatif. Entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle, les autrichiens, notamment suivis par les suisses, écrivent les prémices des règles du ski moderne.

Le ski ne tarda pas à atteindre l’autre côté de l’atlantique et notre belle province. En 1879 à Montréal, A. Birch (un immigrant scandinave) fut le premier skieur observé au Canada (et non ce n’était pas un mirage, la presse relate les faits !). Au cours des années qui suivirent un groupe de professeurs de l’université McGill organisèrent les premières sorties à skis au pays, et écrivirent les premiers chapitres de l’histoire du ski au Québec !

« Montreal Ski Club » est le premier club de ski, fondé en 1904. Au début, les gens pratiquent le ski sur le Mont-Royal et sur les plaines d’Abraham à Québec, les plus riches et avides de sensations se rendaient dans les Laurentides. Peu à peu, d’autres clubs de ski firent leur apparition dans les autres villes principales, Ottawa, Trois-Rivières…. La 1ère école de l’histoire est créée en 1911 ainsi que le premier centre de ski au Canada (Chalet Cochand) en 1917.

Vers la fin des années 20, la bien connue CN (Canadian National Railways) fut le premier transporteur à organiser des voyages de train pour les skieurs de Montréal vers les Laurentides, suivie par la Canadian Pacifique qui allait vers le mont Laurier. Si ce service existait encore, on n’aurait peut-être pas besoin de bus aujourd’hui ! Le chemin de fer a marqué l’histoire du Québec puisqu’il fut le principal moyen de transport des skieurs jusqu’après la 2ème Guerre mondiale.

La première remontée mécanique au monde a été construite au même moment par Alex Foster, champion de saut Montréalais, le long de la Big Hill de Shawbridge. Pour la somme de 25 cents, un skieur peut monter et descendre la Big Hill toute une demi-journée. Si l’arrivée des trains de neige avait révolutionné le sport, la remontée mécanique est un changement majeur et irréversible pour le ski de l’époque. À partir de ce moment, les disciplines du ski de fond et de ski alpin se sont séparées définitivement.

C’est en 1950 que le premier système d’enneigement artificiel des pistes est mis au point et est tout de suite très utilisé en Amérique du Nord. Au Québec, l’enneigement artificiel a été utilisé la première fois dans l’Outaouais. Le ski soirée a été initié également en Outaouais à la même époque. Grâce au boom de l’automobile, les stations de ski sont plus accessibles et populaires qu’elles ne l’ont été en un demi-siècle d’histoire.

Les années 60 et le développement de la province de Québec ont apporté un grand nombre de stations majeures encore en fonctionnement aujourd’hui. Dans les Cantons de l’Est, le Mont Sutton, Owl’s Head, Bromont, le Mont Glen et le Mont Shefford sont fondées, alors que dans la région de Québec ville, ce sont le Mont Sainte-Anne et Stoneham qui ouvrent.

C’est aussi à cette époque que les stations de la province ont commencé à fabriquer de la neige pour s’assurer de conditions de glisses acceptables. De plus, pour maximiser les heures skiables dans la saison, un bon nombre de stations commencent à éclairer leurs pentes en soirée, ce qui a amené une nouvelle popularité et de nouvelles sensations pour les skieurs du Québec.

Un fait notoire et pas des moindres pour clore cette première partie, c’est également dans les années 60 qu’un tournant de l’histoire du ski va avoir lieu, avec la diversification du matériel de glisse : le snowboard est créé au Vermont par Mr. Burton (ce nom vous dit quelque chose ?)

Ainsi s’achève la première partie de notre résumé d’histoire! Retrouvez la suite au prochain épisode 😉

 

En attendant, vous aimerez surement voir notre top 5 de stations toujours en activité!

Une compétition « Big Air Montreal »… vous avez dit Montréal????

Une compétition « Big Air Montreal »… vous avez dit Montréal????

Parlons évènement Ski à Montréal.  On en connait déjà quelques un au parc du Mont-Royal, on connaît également l’éclatante compétition de Snowboard Freestyle (Snowboard urbain) sur la rue Saint-Denis.

Mais si on voyait plus grand…. Beaucoup plus grand… Un indice ? La photo de cet article vous met sur la voie.

En 2017, Montréal fêtera ses 375 ans. A cette occasion il faut s’attendre à une multitude d’évènements tous plus fous, plus grandioses et plus enthousiasmants les uns que les autres. Toute la joie de vivre reconnue de notre ville décuplée en l’espace d’une année.

Parmi les idées les plus spectaculaires, un projet incroyable vient d’être validé. L’évènement « Skiing, Big air Montreal» verra le top 25 mondial des médaillés de la discipline s’élancer d’une rampe posée le long du mât du stade Olympique ! Oui, vous avez bien lu, la plus haute tour inclinée au monde sera le tremplin d’une compétition internationale !

La structure de la rampe épousera la courbe du mât. De plus, d’après les informations relayées dans la presse ces derniers mois et les communiqués des 3 hommes d’affaires qui portent le concept, le format de la compétition sera celui d’une présélection libre  sur une durée limitée, les athlètes sautent autant de fois qu’ils le veulent en l’espace de 2h00. Les 16 skieurs ayant obtenu les meilleures notes des juges passent ensuite en finale et offriront le meilleur d’eux-mêmes pour notre plus grand plaisir !

Bénéficiant de l’accord du Maire de Montréal, M. Coderre, et des financements de différentes entités politiques québécoises, ce projet nécessitera néanmoins quelques essais et une mise en place conséquente. Ce qui, en soi, est une excellente nouvelle !

Un financement de près de 250,000$ est engagé pour que, dès 2016, une rampe teste soit installée. Même si aucune date n’est avancée, on peut espérer avoir droit à un avant-goût, un mini « Skiing Montreal », sous peu.

Nous calmons tout de suite l’excitation et l’envie suicidaire (courageuse, mais suicidaire) qui doit parcourir l’esprit de certain d’entre vous, l’ouverture de cette belle pente aux amateurs de sensations n’est pas (encore…) prévue.

Top 5 des meilleures stations autour de Montréal

Top 5 des meilleures stations autour de Montréal

Avant de se lancer dans l’aventure Navette Ski Montréal, il a bien fallu nous faire notre idée des stations de ski proches de la ville et de leur popularité. Après quelques hivers à dévaler les pentes d’une quinzaine de stations situées à moins de deux heures de route, nous avons établi notre top 5 des meilleures stations autour de Montréal, à fréquenter sans modération!

Et devinez quoi? 2 des 5 stations seront desservies par nos services prochainement…

1- Mont Orford

Orford est situé à 1h15 environ de Montréal et à seulement 25 minutes de Sherbrooke. Ses trois monts offrent 61 pistes et un panel de difficulté bien équilibré puisque le tiers des pistes est facile et pratiquement 30% du domaine est désigné comme étant technique. On trouve du plaisir à la fois sur des pistes rapides qui régaleront les amateurs de vitesses, et des passages “extrêmes” pour les skieurs chevronnés en quête de défis.

2- Ski Bromont

A seulement une heure de Montréal, Ski Bromont est un domaine vraiment fun pour passer la journée quel que soit votre niveau de pratique. Il n’y a pas une piste que nous n’ayons faite de jour comme de nuit sans nous lasser. Mention spéciale à l’agencement de la station, qui offre toujours plusieurs pistes de différents niveaux pour rejoindre les remontées mécaniques. Ainsi les confirmés et débutants peuvent emprunter des chemins différents et s’attendre en bout de piste.

3 – Sutton

Station très boisées, pas nécessairement aussi fréquentée que des plus grandes stations, Sutton est un domaine dépaysant et un must dans notre classement. Le mont bénéficie d’un microclimat très favorable aux chutes de neige et il n’est pas rare chaque hiver de pouvoir profiter de sessions de poudreuses généreuses dans un décor reposant. Amateurs de planche à neige, c’est un sacré terrain de jeu!

4- Mont Saint-Sauveur

Le Mont Saint-Sauveur et la station connectée du Mont-Avila ne pourront que vous surprendre. Les pistes sont courtes (1,5km maximum) mais que cela ne vous rebute pas! L’abondance de remontées mécaniques et la bonne largeur des pistes permettent de multiplier les décentes à un rythme soutenu sans être gêné par une masse de skieurs. Si l’impressionnant Snow Park RockStar ne vous tente pas, un petit spot de freestyle (silver park) est accessible avec votre pass de jours pour vous faire la main!

5- Mont Blanc

Environ 1h au nord de Montréal (15 minutes après le Mont Saint Sauveur), la station Mont-Blanc propose le second plus haut pic des Laurentides. Pour nous c’est surtout une station dans laquelle on ne se prend pas la tête, les forfaits sont à bon prix et les pistes de qualité. On n’en demande pas plus!

 

Notre top 5 des meilleures stations autour de Montréal est maintenant achevé. N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez, et de nous envoyer votre propre classement !